IMG_0585Bonsoir les curlies, 

Cela fait longtemps que je n'ai pas écrit sur le blog. Alors bon, pour une fois, pas de recette de soin, pas d'astuce, pas de conseil.

Je vais me laisser aller un peu au nombrilisme, au "moi je, ma vie mon oeuvre..." tout ça... 

Ce blog existe depuis 8 mois, et totalise au moment ou j'écris 49 044 vues pour 28 008 visiteurs. Bien que je n'écrive plus aussi régulièrement, le nombre de visites continue d'augmenter exponentiellement. 11 000 au mois de juillet. 

Je vous suis sincèrement reconnaissante de me suivre. Je vous remercie pour les messages privés, les commentaires, les marques de confiance. 

Je prends énormément de plaisir à écrire pour vous, et à vous apporter ma vision des choses. 

Seulement voilà, par moment, je me demande ce qui peut pousser à écrire autant sur un domaine aussi particulier. Pourquoi y a-t-il autant de blogs sur les cheveux bouclés, et autant de chaines Youtube qui cartonnent. N'aurait-on jamais fini de parler sur ce sujet? 

D'un autre côté, je lis souvent sur les réseaux sociaux "faut pas déconner, ce ne sont QUE des cheveux, on va pas en faire toute une histoire..."

Alors j'ai un peu honte de parler de cheveux bouclés sur le net. Je me dis que je pourrais utiliser mon temps à des problèmes plus importants, comme trouver une solution à la disparition des pandas. 

Mais voilà, ce ne sont pas QUE des cheveux. 

QUE des cheveux

IMG_0734

Si ce n'étaient QUE des cheveux, je ne recevrais pas autant de MP, de questions, le blog n'aurait pas autant de vue. Il n'existerait pas autant de gammes de produits différents. 

IMG_0789

Si ce n'étaient QUE des cheveux, on ne croiserait pas de personnes en réelle souffrance parce qu'il faut le dire, ça leur pourrit la vie. J'ai lu des termes forts, comme "dépendance" au fer à lisser, des personnes qui refusaient de sortir de chez elles parce qu'elles ne supportaient pas leur image. J'ai lu des témoignages d'ado qui se faisaient harceler, rejeter à cause de leur texture de cheveux. Des femmes qui ont peur que leur conjoint ne les quitte si elles se mettaient du jour au lendemain à assumer leur vraie nature. 

Si ce n'étaient QUE des cheveux, les coiffeurs ne joueraient pas sur les faiblesses des clientes pour leur proposer des traitements toujours plus couteux, plus addictifs, plus dangereux. 

Enfin, si ce n'étaient QUE des cheveux enfin, les débats ne seraient pas si passionnés. 

Alors je ne suis pas prête de lacher. Je vais tâcher de maintenir un rythme d'article régulier pour continuer à parler de ce sujet inépuisable. 

C'est de la science

La science du cheveu: le cheveu est une matière organique complexe. Il a une structure, un cycle de vie. Il est inerte et pourtant il réagit à l'environnement, à l'electricité, au pH, aux soins. A plus forte raison le cheveux bouclé, frisé ou crépu, qui a une construction encore plus complexe. 

La porosité, l'épaisseur, la réactivité aux protéines, aux hydratants, la stimulation de la pousse, sont autant de facteurs passionnants si on fait preuve d'un peu de curiosité. 

La science des produits: Les produits capillaires méritent également d'être étudiés. Que l'on décide de se diriger vers des produits commerciaux ou de faire du home-made, ou encore de n'utiliser que du non transformé, il y a encore mille questions à se poser. 

Quels sont les ingrédients actifs? Quels sont ceux qui lavent, qui hydratent, qui démèlent, qui fixent... comment obtient-on cette texture? Comment le produit est-il conservé? Quel est l'impact sur ma santé et sur l'environnement. 

Enfin le henné et les plantes tictoriales. Cela représente pour moi des combinaisons infinies, des dizaines d'expérience pour rechercher le bon protocole, le bon mélange, qui donnera la bonne couleur, la couvrance maximale. 

Je salue le travail réalisé par l'auteur du site www.laveritesurlescosmetiques.com . Un vrai travail de recherche, minutieux, exhaustif. 

J'apprécie également la démarche scientifique et rationnelle de la chaine YouTube The GreenBeauty Channel . J'aimerais être capable de faire ce genre de travail. 

C'est une passion

Il est vrai que le sujet me tient à coeur. Peut-être un peu trop parfois. Mais pour toutes les raisons citées plus haut, j'ai décidé de le traiter avec passion. Certaines m'ont dit qu'elle était communicative. Rien ne pouvait me faire plus plaisir, que cette passion transparaisse dans mes articles. 

C'est aussi un mode de vie. Le début de la reflexion sur son mode de consommation. Quand je m'amuse d'être une product junkie, je n'en suis pas vraiment fière. Je m'impose des périodes de "No Buy" pour ne pas gaspiller. Je donne les porduits que je n'aime pas. J'applique le décryptage des compositions à tous mes autres achats, cosmétiques, ménagers. 

Enfin c'est une histoire d'amitié. Quelque chose qui a commencé sur un forum il y a maintenant plus de 10 ans, une bande de copines de différentes origines sociales et géographiques, reliées par cette même particularité. Certaines en ont aujourd'hui fait leur métier. Beaucoup d'entre elles font toujours partie de ma vie. 

Alors non, désolée, ce ne sont pas QUE des cheveux. 

P1010011