Hello, hello,

Pour une fois nous n'allons pas parler de produits capillaires, mais j'ai souvent des questions qui gravitent autour du thème "alors, c'est comment les States?"

11138574_10206448507587110_2475541283410778657_n

 

Donc pour une fois, j'ai décidé de ne parler cheveux, ou presque pas...

Pourquoi je suis partie?

J'ai simplement eu une opportunité porfessionnelle, en tant que fonctionnaire, de participer à un programme d'échange. C'est une affectation temporaire de 2 ans. Au moment ou j'écris cette article, je suis ici depuis un an, dans l'état du New Jersey, sur la côte Est, à 1h30 de New York City, et pas loin de Philadelphie en Pennsylvanie.

libertyBell

Les formalités administratives:

Je parlais plutôt correctement l'anglais en arrivant, et j'ai été accueillie par la personne que je remplaçais, qui m'a guidée pendant une semaine pour les formalités administratives.

Pour rentrer sur le territoire pour une durée supérieure à 90 jours, il vous faut obtenir un visa. Un visa étudiant, diplomatique, ou de travail. Vous devez donc fournir les justificatifs à l'ambassade des Etats Unis en France avant votre départ. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site de l'ambassade.

Pour un simple séjour touristique d'une durée inférieure à 90 jours, les ressortissants européens sont exemptés de visa, mais ils doivent faire une demande d'autorisation ESTA. Afin de ne pas essuyer un refus, il vaut mieux connaitre à l'avance l'adresse ou vous aller résider, et OBLIGATOIREMENT avoir un billet aller-retour. Si vous prenez un aller simple, il est obligatoire d'avoir un visa.

Si vous restez un certain temps, pour le travail ou les études, il faudra vous faire immatriculer à la "Social Security", et on vous attibuera un numéro de sécurité sociale, qui est très important, puisque sans ce numéro, vous ne pouvez pas ouvrir de compte en banque, obtenir votre permis de conduire, et il sera plus difficile d'obtenir un logement, un abonnement de téléphone, d'electricité etc. En règle générale, on vous demandera systématiquement votre Social Security Number à chaque démarche administrative, ou à chaque fois que vous voudrez souscrire à un abonnement.

Le SSN n'est pas du tout comme le numéro de sécurité social français, c'est un numéro d'immatriculation auquel sont associées toutes vos données personnelles. Avec votre Social Sécurity Number, on peut accéder à vos données bancaires, à votre historique routier, on peut ouvrir un abonnement ou souscrire un crédit à votre nom. C'est donc une donnée très précieuse et ultra confidentielle. En revanche, il ne donne aucun droit pour les soins médicaux, donc ce n'est pas du tout comme en France.

Le permis de conduire: cela dépend de l'état ou vous arrivez, mais vous pouvez la plupart du temps conduire pendant 2 mois avec votre permis d'origine, ensuite il vous faudra passer l'examen du permis américain. L'examen en lui même est une vraie blague ("Il y a un panneau stop devant vous, que faites vous? A) vous vous arrétez? B) Vous passez sans regarder?), mais on vous demandera une quantité impressionnante de papiers que vous n'aurez pas forcément dès le départ (justificatif de domicile, Social Security Number etc.). Les démarches et les modalités d'examen varient en fonction des états, le mieux est d'aller voir sur le site du Departement of Motor Vehicle de l'état ou vous allez résider.

J'ai l'habitude de me déplacer en vélo en France, et j'ai essayé de m'y tenir quelques temps. Le premier hiver a eu raison de ma bonne volonté.

neige

Une fois que vous avez 1) votre Visa, 2) votre Social Security Number 3) Votre permis de conduire... vous êtes officiellement un "alien", c'est à dire un immigré légal sur le territoire (vous êtes "documented", contrairement aux clandestins qui seront "undocumented")

Trouver un logement, s'installer:

PointPleasant

Il est plutôt facile de trouver un logement lorsqu'on a les moyens. Je vous conseillerez de mettre de côté une somme conséquente (il m'a fallu 5000€) pour couvrir:

- Votre premier mois de loyer + 1 mois de caution (pour un T2 je payes enviton 1000$, soit 950€ au taux de change actuel)

- Les assurances et cautions diverses (comme vous n'avez pas d'historique de bon payeur, voir pas de numéro de sécurité sociale, on vous demandera des cautions presque partout)

- L'achat d'une voiture: la voiture est l'indispensable de tout américain. On peut trouver des modèles d'occasion très bon marché quand on s'y connait un peu, mais attention aux arnaques.

Faire transporter vos affaires:

Je ne suis partie qu'avec mes affaires personnelles, que j'ai expédié par la société "bagages du monde". Il est possible de faire déménager son mobilier, mais le coût est très élevé, et il est souvent plus interessant de vendre ses meubles avant de partir et de racheter sur place.

S'intégrer:

C'est un sujet très personnel qui va beaucoup dépendre de votre personnalité, de votre environnement et de votre situation personnelle. On ne vit pas l'expatriation de la même façon lorsqu'on part en famille, ou en étudiant célibataire, lorsqu'on sait que l'on va revenir ou au contraire quand on laisse tout pour partir définitivement.

Si vous êtes en famille et que vous avez des enfants, le choix de votre voisinage influencera beaucoup votre intégration. Là ou je vis, les américains sont très accueillants et très attentifs aux enfants. Les autres mamans viendront surement naturellement vers vous. Cela commence par de petites discussions de tout et de rien, et petit à petit, vous lierez des connaissances plus profondes.

Si vous êtes étudiant, comme partout dans le monde, cela devrait être assez facile de vous inégrer dans un petit groupe, de vous faire inviter à des fêtes. Les programmes d'activités des universités sont variés et vous rencontrerez donc facilement des personnes partageant vos centre d'intérêts.

Cela devient plus compliqué lorsque comme moi, vous partez seul, pour une durée limitée, pour travailler. Mes voisins sont cordiaux, mais plutôt distants. Le respect de la vie privée est très important. Les relations de voisinage se limitent au "Hey, How you doin'?" lorsqu'on se croise sur le pallier. Pas d'accueil avec un panier de muffin comme dans "desperate housewives".

J'ai lié des connaissances dans mon environnement de travail, quelques relations superficielles qui me suffisent pour le moment. Sortir boire un verre de temps en temps, aller au restau. Autre détail notable: les américains ne vous invitent généralement pas chez eux, les rencontres sociales se font au restaurant, et puis chacun rentre chez soi. Les diners "à la maison" sont réservés aux occasions particulières, appelées "open house", par exemple les barbecues de l'Independance Day...

Les associations d'expatriés existent un peu partout. Cela peut vous permettre de rester en contact avec des personnes originaires du même pays que vous (parfois, ça fait du bien).

La vie quotidienne:

Je vis dans un état rural, pas dans une grande ville. Il est impossible d'y faire quoi que ce soit sans voiture.

La vie est assez chère, notamment pour l'alimentaire, les factures, le loyer. Et vous devrez sérieusement revoir vos habitudes. Le rythme de vie est très différent. Là ou je vis, on se lève tôt, on rentre chez soi de bonne heure et on se couche tôt. Ne soyez pas étonnés d'une invitation à diner à 17h. L'heure moyenne de passage à table le soir est... 17h30.

La plupart arrivent au bureau à 7h (il n'est pas rare qu'ils se soient levés à 5h30 pour faire une heure de route) grignotent au bureau à l'heure du déjeuner et rentrent chez eux à 17h affamés.

Votre expérience des activités de loisir sera sûrement différente si vous vivez dans une grande ville. Pour ma part, je dois avouer que c'est un peu la lose... pas grand chose à faire. Je profite du week-end pour aller à Philadelphie ou à New York, voir des expos, des évènements, faire du shopping (ce qui semble être l'activité N°1).

Les américains ont peu de vacances, 2 semaines par an en moyenne. Les jours de congé maladie sont limités également, même lorsqu'ils sont dûment justifiés.

easternParade

Communiquer:

Pas la peine de complexer sur son accent ou les fautes de syntaxe, la plupart des américains parlent anglais et ... anglais... et sont toujours impressionnés que les étrangers parlent plusieurs langues. Il ne vous tiendront pas rigueur de quelques fautes. Quant à l'accent français, il vous facilitera souvent la vie et vous attirera pas mal de sympathie.

Attendez vous quand même à répéter souvent, et à faire répéter au début. Les accents sont très variés, et différents de ce que l'on apprend en milieu scolaire. Si vous avez appris comme moi l'anglais britannique, certains mots que vous aurez appris à l'école déclencheront sûrement l'hilarité ("pavement"? "lift"? "flat"?)

Qualité de vie, environnement:

Time_Square

Les Etats Unis, c'est un peu le pays de la voiture, de l'essence pas cher, de l'automatique, de la carte de crédit et de la junk food. Si vous êtes plutôt versé dans le naturel, le bio, l'écologique, il sera peut être nécessaire de revoir vos exigences à la baisse. Le premier magasin bio étant à 1h de route de chez moi, je dois donc bruler une quantité phénoménale d'essence pour aller acheter de la lessive non polluante. Ironique non?

Les produits cosmétiques même naturels ne sont pas tout à fait au niveau d'exigence européens. Labels bio inexistants, conservateurs cracra, usage intensif des sels d'ammonium quaternaires et des parfums de synthèse.

J'ai la chance de vivre dans une zone agricole ou il est facile de trouver des légumes et des fruits de qualité. Bien que la taille des dits fruits et légumes et leur durée de vie dans mon réfrigérateur me laisse parfois songeuse (comment on fait pousser un oignon de la taille d'un ballon de handball qu'on peut oublier pendant un mois sans qu'il pourisse?).

J'ai quasiment arrété de consommer de la viande, car je n'ai pas vraiment confiance. La chaire de boeuf rose pale, les cuisses de poulet énormes... ça ne m'inspire pas. 

Moi qui adore le fromage, pareil, j'y ai presque renoncé. Les produits au lait cru sont interdits. Et le reste a un goût de plastique.

De temps en temps je me fournis au marche Amish, ce qui se rapproche le plus d'une agriculture biologique. Les produits sont très bons.

L'eau dans mon secteur est très chlorée. Au bout de quelques jours sont apparues les démangeaisons, les boutons, la peau sèche. J'ai investis dans un filtre pour ma douche et pour l'évier de la cuisine.

Pour ce qui est de la santé, c'est très onéreux, et les assurances coûtent cher. Une consultation médicale vous coutera dans les 200$ minimum, et si vous devez être hospitalisé, c'est le jackpot (pas pour vous, pour l'hôpital).

Je vous conseille de demander à votre entreprise si votre contrat de travail comprend des "benefits" donc une couverture médicale. Si ce n'est pas le cas, il faut impérativement en souscrire une, même à 200$ par mois, avec au minimum l'hospitalisation, les soins dentaires et les consultations chez le généraliste. Sinon au premier pépin, vous allez le regretter amèrement.

La France me manque:

Je sais, en ce moment, la mode est plus à l'anti patriotisme. On aime plus la France, on veut la quitter. Mais au bout d'un an loin de chez moi, je dois bien avouer: j'étais contente de partir, mais je suis bien contente de revenir.

C'est sympa de découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture, de s'immerger. Et puis oui, il faut le dire, pouvoir lacher dans une conversation "j'ai vécu aux USA", c'est quand même la classe. Dans l'ensemble c'est vraiment une super expérience.

Mais la France, ses marchés, son ambiance, des régions si différentes, son histoire, la beauté des paysages, le caractère des français (même si parfois certains nous tapent sur les nerfs), tout cela me manque. Pouvoir aller partout en train ou en bus, faire du vélo, des promenades en campagne... et ma famille aussi par dessus tout.